La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Coloriage Kirikou

Kirikou et la Sorcière est un long métrage d'animation franco-belgo-luxembourgeois réalisé par Michel Ocelot et sorti en 1998. Adapté d'un conte africain, le film raconte les aventures de Kirikou, un garçon minuscule mais à l'intelligence et à la générosité hors du commun, dans sa lutte contre la sorcière Karaba, qui tyrannise les habitants du village à l'aide de ses pouvoirs maléfiques et d'une armée de fétiches. Par son scénario, ses graphismes, sa musique et ses doublages, Kirikou s'inspire au plus près des cultures de l'Afrique de l'Ouest.

Premier long-métrage de Michel Ocelot, Kirikou et la Sorcière remporte un succès critique et commercial inattendu, avec près d'un million d'entrées au cours de sa première exploitation en France. Ce succès exerce une influence très positive sur le développement de l'industrie de l'animation en France et sur le financement d'autres longs-métrages animés dans le pays au cours des années suivantes.

Kirikou et la Sorcière a été suivi d'un deuxième film, Kirikou et les Bêtes sauvages, sorti en 2005, qui raconte d'autres aventures de Kirikou prenant place pendant les événements du premier film, puis d'un troisième film sur le même principe, Kirikou et les Hommes et les Femmes, fin 2012. Le personnage de Kirikou a également été décliné sur d'autres supports (livres pour la jeunesse, jeux vidéo, films documentaires)

L'histoire se déroule dans un village ouest-africain intemporel et conte les aventures de Kirikou, un petit garçon qui parle déjà dans le ventre de sa mère et qui s'enfante tout seul. Le village est frappé par la malédiction d'une puissante sorcière, Karaba, qui fait régner la terreur à l'aide d'une armée de fétiches animés. La source proche du village est asséchée et tous les hommes ont disparu. Kirikou veut savoir pourquoi Karaba est tellement méchante et décide d'aider les villageois.

Tous les hommes partis combattre Karaba ont disparu : la rumeur dit que la sorcière les aurait mangés. À peine né, Kirikou commence par sauver son oncle, parti affronter la sorcière, en se cachant sous son chapeau pour le conseiller. Kirikou parvient à faire échanger ce que Karaba prend pour un chapeau magique contre la promesse de laisser le village en paix. Mais la sorcière finit par se rendre compte que le chapeau n'est pas magique et poursuit ses menaces. Karaba réclame le peu d'or qui reste aux femmes du village ; celles-ci s'exécutent, mais Karaba envoie ensuite des fétiches inspecter les maisons, et, lorsqu'ils découvrent un bijou caché par l'une des femmes, ils brûlent sa maison devant les villageois impuissants car privés d'eau.

La mère de Kirikou explique à son enfant que la source est maudite et ne donne plus d'eau, ce qui contraint les villageois à aller puiser l'eau au marigot, beaucoup plus loin. Ayant accompagné sa mère au marigot, Kirikou surveille les enfants qui jouent à la rivière. Karaba tente par deux fois de les enlever, d'abord à l'aide d'une pirogue ensorcelée, ensuite à l'aide d'un arbre maléfique ; mais à chaque fois, Kirikou sauve les enfants. Il s'aventure ensuite jusqu'à la source maudite, et, grâce à sa taille minuscule, parvient à s'introduire dans le conduit asséché. Ayant découvert qu'une énorme créature a élu domicile dans la grotte et y boit toute l'eau, il la tue : l'eau afflue de nouveau, mais Kirikou manque de périr noyé.

En discutant avec Kirikou, sa mère lui apprend que le seul homme capable de savoir pourquoi Karaba est méchante est le sage, son grand-père, qui vit dans la montagne interdite, derrière la case de Karaba ; mais la sorcière défend à quiconque de passer. Kirikou, ayant mis au point une ruse avec l'aide de sa mère, passe par le sous-sol en empruntant les conduits de plusieurs terriers où il doit faire face à une zorille et à des rats palmistes, et parvient ainsi à atteindre la montagne sans être vu du fétiche guetteur. Kirikou voyage alors à travers la forêt puis sur la montagne, où il est confronté à une huppe fasciée et à un dangereux phacochère. Il finit par atteindre la grande termitière où séjourne le sage. Celui-ci apprend à Kirikou que Karaba doit sa méchanceté et ses pouvoirs maléfiques à une épine que des hommes lui ont enfoncée dans le dos, et qui la fait atrocement souffrir. Kirikou décide d'ôter l'épine à Karaba.

De retour près de la case de Karaba, Kirikou y pénètre en passant par le sous-sol pour reprendre plusieurs bijoux volés par la sorcière. Il part ensuite les enterrer dans la forêt près du village. Karaba, résolue à tuer Kirikou, sort de sa case et commence par aller déterrer les bijoux elle-même. Mais c'était une ruse : pendant qu'elle se penche pour déterrer les bijoux, Kirikou saute sur son dos et lui enlève l'épine. Libérée de la douleur et du maléfice, Karaba redevient elle-même. Kirikou, en remerciement, lui demande de l'épouser, mais Karaba lui objecte qu'il est trop jeune. Kirikou n'obtient qu'un baiser, mais ce baiser suffit à le faire grandir instantanément. Devenu adulte, Kirikou rentre au village accompagné de Karaba. Méconnaissable pour les villageois, il est finalement reconnu par sa mère. Les villageois, qui veulent venger les hommes du village que Karaba a fait disparaître, s'apprêtent à la tuer, lorsque soudain tous les hommes reviennent en cortège au son des tam-tam, accompagnés par le sage de la montagne. Celui-ci explique que Karaba ne mangeait pas les hommes, mais les changeait en fétiches pour les asservir. Le village, de nouveau au grand complet, se réjouit du retour des disparus et de Kirikou.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Kirikou_et_la_Sorci%C3%A8re

Coloriages de Kirikou et la Sorcière à imprimer

Partager via un média social

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?